Marie, en quoi est-elle un modèle extraordinaire ?

 

En route vers Noël (2)
Message par Yanna Van de Poll, le 27 novembre 2011, dans l'Église Évangélique Baptiste « Partage » de Perpignan

Nous poursuivons notre série sur les personnages qui ont préparé la naissance de Jésus. Le premier personnage dont nous avons parlé était Zacharie. Aujourd’hui je vous propose de méditer l’exemple de Marie. Son histoire nous est décrit en Luc 1.26-38, que je vous invite à lire. 

Dans ce passage, on découvre une femme qui peut nous apprendre pas mal de choses. En quoi Marie est-elle un exemple pour nous ?  En quoi est-elle extraordinaire ?

Quand nous parlons de Marie, nous pensons peut-être tout de suite à l'image que l'Eglise catholique a donnée d'elle, et aux doctrines associées à elle. C'est pourquoi, nous, dans les Eglises évangéliques, nous sommes peut-être un peu réservés quand il s'agit de montrer Marie en exemple. Mais l'évangéliste Luc parle de Marie, alors rien ne nous empêche pour ce premier dimanche de l'Avent de parler d'elle, pas tant de ce qu'elle a fait, mais plutôt de ce que Dieu a fait en elle, en nous fondant sur le texte biblique.

Marie était fiancée à un charpentier, sans formation théologique particulière. Elle n'avait rien de spécial, rien qui ne la prédestinait aux yeux des hommes à recevoir le Fils de Dieu dans son sein.  Ce qui différencie Marie des autres femmes, ce ne sont pas ses qualités, mais le choix de Dieu.

 

1.   Marie est ouverte à ce que Dieu lui parle  

La première chose remarquable, c'est que Marie est troublée, non par l'apparition de l'ange, mais par ce que l'ange lui dit.

C'est un ange qui lui apparaît, l'ange Gabriel, ce qui signifie: Dieu est ma force. Quand l’ange Gabriel est venue chez Zacharie, il est troublé en le voyant (Luc 1 : 12). Marie était troublée par ce qu’elle entendait de la part de l’ange.  C’est marrant cette différence.

Marie se demande ce qui lui arrive, ce que signifient ces paroles. Mais Dieu connaît son trouble, et il la rassure aussitôt: Ne crains rien, lui dit l'ange. La même parole sera adressée aux bergers effrayés: ne craignez point. Quand Dieu s'approche des hommes, leur parle, cela peut susciter de la crainte. Que me veut-il, que me manque-t-il, je suis indigne, pas capable de comprendre son message, d'accomplir ce qu'il me dit. Mais le message de Dieu à l’humanité, c'est justement que nous n'avons plus besoin de le craindre, de craindre son jugement, de craindre sa colère, puisqu'il vient vers nous pour nous annoncer une bonne nouvelle, pour nous pardonner, pour nous offrir la vie éternelle.

L'ange dit à Marie: Le Seigneur est avec toi. Devant la tâche qui l'attend, elle n'est pas seule, mais Dieu est avec elle. Le Seigneur est avec toi, ne crains rien.

Marie savait très bien que Dieu était vivant. Elle connaissait sans doute les Ecritures. Elle savait qu'il pouvait parler aux hommes autrement que seulement au travers la parole de Dieu ou par un sacrificateur. Nous pensons peut-être que Dieu ne parle que par la bible, ou alors au travers d'une prédication ou d'un culte. Mais Dieu peut s’adresser directement à chacun. Croyons-nous cela, que Dieu peut nous parler à chacun de nous, sans distinction?

Dans ce passage Dieu parle au travers d’un ange.

155 fois dans la bible il est parlé d'un ange. Lorsque Jésus a été tenté par le diable, des anges sont venus le servir, un ange a sauvé Pierre de la prison. Dieu parle de différentes façons, nous ne devons pas exclure les façons de Dieu de nous parler.

Marie était ouverte, elle était troublée, c'est vrai, mais elle connaissait l'ancien testament. Elle avait lu qu'un Sauveur viendrait, alors cela l'a aidée à recevoir ce message.

Ce message était très particulier pour Marie. Hors de commun. Et Marie touchée. Elle le dira plus tard dans son cantique, (verset 47 et 48) : mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur, parce qu'il a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Ce matin Dieu désire nous parler aussi. Il désire de nous dire des choses, nous dévoiler son plan. Il désire nous utiliser pour son royaume. Sommes-nous ouverts comme Marie pour recevoir sa parole ?

 

2.   Marie ose exprimer son incompréhension

Et puis ce qui est extraordinaire dans ce passage, c’est que Marie ose poser des questions à l’ange qui lui répond. Il y a un dialogue qui s’installe entre Marie et l’ange.

Verset 31 : L’ange dit à Marie : «  Voici: tu deviendras enceinte, tu enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus. »  Marie pose une question : « Comment cela se produira-t-il, puisque je ne connais pas d'homme? », Et l’ange répond : « Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. C'est pourquoi, le saint (enfant) qui naîtra sera appelé Fils de Dieu. »

L'ange rassure d'abord Marie et la met en confiance. Ensuite, il révèle ce que Dieu fera avec Marie. Tu deviendras enceinte, tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Dieu lui indique même le nom qu'elle devra donner à l'enfant. Ce n'est pas n'importe quel nom, mais Jésus. Le nom Jésus correspond au nom hébreu Yéshoua  qui signifie “ Jaweh est salut ”. Le nom lui-même n’avait rien d’inhabituel, car de nombreux hommes le portaient à l’époque. C’est pourquoi les gens y ajoutaient souvent une précision, disant “ Jésus le Nazaréen ”. (Mc 10:47 ; Ac 2:22.) Christ vient du grec Khristos, l’équivalent de l’hébreu Mashiah (Messie), et signifie “ Oint ”.

Dans le nom de l'enfant qui naîtra, Dieu annonce déjà ce qu'il fera, sauver, aider. Il sera grand, et sera appelé fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père.

La promesse s'accomplit, l'attente du Messie, rejeton de David selon la postérité humaine. Rejeton de Dieu selon la Postérité divine. L'unicité de Jésus est déjà annoncée, Jésus, vrai homme et vrai Dieu en même temps, fils de l'homme et fils de Dieu. Il régnera et son règne n'aura pas de fin.

Marie écoute tout cela, essaie de comprendre, mais elle a encore des questions. Et elle le dit à l'ange: Mais comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme. Et l'ange lui répond. La communication continue entre Marie et Dieu, par l'intermédiaire de l'ange. Dieu ne demande pas à Marie une obéissance aveugle, sans rien comprendre, mais une obéissance réfléchie, issue d’une communication entre elle et Dieu.

C'est ça la foi, la théologie, ce dialogue entre les hommes et Dieu. Un dialogue qui s'intensifie au fil de l'échange. Dieu lui permet de poser des questions. Parce que c'est un Dieu de la relation, de la communion, de la confiance.

Vivre la foi, c'est entrer dans une communication entre la parole de Dieu et ma vie. Dieu nous permet de lui poser des questions, de réfléchir à sa parole. La foi, ce n'est pas quelque chose, qui ne bouge pas. Ce n'est pas quelque chose que l'on a ou pas. Mais c'est un mouvement, une relation, une communication, un échange. C'est une vie à deux Dieu et moi, une relation qui évolue, comme une relation humaine évolue et doit évoluer si elle ne veut pas mourir.

Regardez un peu la bible, des hommes comme Moïse, Abraham, Jacob, Job et bien d'autres, ils ont parlé avec Dieu. Ils ont communiqué et  comme ça ils ont pu apprendre plein de choses de Dieu et de son plan.

Parler avec Dieu, quand tout va bien, lui dire merci, lui demander ce qu'il attend de nous. Mais aussi parler avec Dieu quand on ne comprend rien, quand ça va mal. Lui dire, pourquoi mon Dieu, lui dire je ne comprends pas, éclaire-moi.

La foi n'est pas un monologue, ni de nous, quand je veux dire à Dieu ce qu'il doit faire, ni de Dieu, quand je n'ose pas parler avec lui. Jésus dira d'ailleurs à ses disciples, je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j'ai appris de mon Père. Des amis se parlent, se confient l'un à l'autre.

Marie a compris cela. Elle parle à l'ange, lui dit ce qu'elle ne comprend pas. Et l'ange ne lui reproche rien. Il répond à Marie. Et Marie comprend un peu plus, même s'il reste un élément de mystère dans cette naissance. Mais rien n'est impossible à Dieu. Et Marie est rassurée. Elle a confiance, elle sait que ce que Dieu fait, c'est bien, elle dit oui à Dieu.

C'est ça la qualité de Marie, elle n'a rien de particulier, ni socialement, ni religieusement ou autres, elle reconnaît ses limites. Elle est humble , car plus tard elle disait dans son cantique : Dieu a jeté les yeux sur la bassesse de sa servante. Rien de particulier, mais elle écoute, elle réfléchit, elle parle avec Dieu. Elle dit oui à son plan. Dieu n'avait pas besoin d'une femme particulière, seulement d'une femme qui est prête à l'écouter et entrer dans son plan.

Dieu ne cherche pas des personnes particulières, juste des  personnes comme Marie qui sont prêtes à l'écouter et à lui dire oui. Le oui de Marie n'est pas grand chose, mais le début de grandes choses. La meilleure chose pour nous est de dire oui au plan de Dieu, avec tout ce que cela comporte.

 

3.   Marie fait confiance 

Troisièmement, ce qui est frappant dans ce passage est la foi exprimée par Marie : elle se soumet à la parole de Dieu, contrairement à Zacharie, qui restait incrédule.  En verset  38  elle dit : qu’il me soit fait selon ta parole.

La naissance virginale, le miracle de la naissance de Jésus, conçu du Saint-Esprit, s’impose à notre foi aussi. Notre foi repose sur une intervention historique de Dieu dans notre monde.

Nous croyons simplement, parce que la Parole de Dieu nous l’enseigne avec clarté, que Jésus-Christ, notre Sauveur et Seigneur, a été « conçu du Saint-Esprit et est né de la vierge Marie ».

L’homme en général veut toujours comprendre avant qu’il croie.  L’exemple est Thomas, il voulait d’abord voir et comprendre et ensuite il croyait.

Un chrétien dont Marie est l’image, croit d’abord et ensuite il comprend. La foi précède l’intelligence et la compréhension. Il faut croire pour comprendre !

Comme le dit l’auteur de l’Epître aux Hébreux : « C'est par la foi que nous comprenons que le monde a été formé par la parole de Dieu, de sorte que ce qu'on voit ne provient pas de ce qui est visible. » (Hb 11.3)

Et c’est ainsi que la foi nous ouvre aux réalités invisibles. Ces réalités invisibles ne sont pas moins réelles que les choses visibles. Ces réalités invisibles impliquent le ciel, Dieu, les anges, l’Esprit-Saint etc.

Si aujourd'hui une jeune femme déclarait à son fiancé qu'elle est enceinte parce que le St-Esprit est venu sur elle et l'a recouverte de son ombre, son fiancé lui dirait qu’elle ment, qu’elle l'a trompée, ou alors qu’elle est folle, hors de sens. Devenir enceinte tout en étant vierge, donner naissance à un enfant sans connaître d'homme, cela semble impossible oui. Impossible aux hommes et à leur compréhension. C'est peut-être bien pour cela que l'ange Gabriel dit à Marie en la quittant : Car rien n'est impossible à Dieu. 

Les plans d'amour de Dieu s'accomplissent quand des hommes et des femmes, simples, comme Marie, agissent selon la parole de Dieu « qu'il me soit fait selon ta parole ».

Elle était prête à se laisser employer par Dieu pour la tâche qu’Il avait prévue pour elle. Remettons-nous aussi à la parole de Dieu comme Marie. Elle se confiait entièrement à Dieu. Elle se soumettait à Sa parole. Elle savait que la parole de Dieu est certaine. Elle savait qu’elle pouvait se confier en Lui.  

Peu importe si nous avons peu de pouvoir ou d’honneur.  Dieu pose son regard d’amour sur chacun d’entre nous et Il nous parle.

Vous connaissez certainement ce magazine : Croire et Vivre. Dans le dernier numéro, celui d’octobre il y a beaucoup de témoignages des gens qui ont découvert le Dieu d’amour. Et qu’est-ce qui me frappe dans tous leurs témoignages ? On va lire quelques phrases :

Un certain Nelson témoigne : « J’ai commencé à lire la bible par le début et j’étais frappé par ce Dieu qui parle ! Quand je suis arrivé aux paroles de Jésus, je suis complètement bouleversé. Je n’avais jamais entendu quelqu’un parler comme cela. J’ai dévoré l’évangile, pleurant plusieurs fois. »

Un autre témoignage, celui d'un certain Boubakeur, un Algérien qui s’est converti en lisant la bible. Il dit : « J’ai commencé à lire et relir l’évangile sans relâche et j’ai découvert des merveilles : les paroles de Christ ont eu un effet extraordinaire sur mon âme ».

En résumé, ils disent tous : Dieu m’a parlé au travers de sa parole. Et par la suite ils se sont confiés en Lui. La Parole de Dieu est d’une puissance inépuisable, telle un marteau qui brise l’orgueil et une épée à double tranchant.

Napoléon Bonaparte disait : « Les peuples passent, les trônes s’écroulent, mais l’Eglise demeure ».

Moi je dirais plutôt avec le prophète Esaïe :

« Toute chair est de l’herbe,

Et tout son éclat comme la fleur des champs,

Certes, le peuple est de l’herbe.

L’herbe sèche, la fleur se fane,

Mais la Parole de notre Dieu subsistera éternellement » (Es 40.8

Que nous soyons comme Marie,  qui s’est soumise à la parole de Dieu et qui a gardé la parole du Seigneur dans son cœur.

Retour à la page précédente